Guinée : Alpha Condé et sa diversion terroriste à visée électoraliste

Publié le 22 Août 2015

Guinée : Alpha Condé et sa diversion terroriste à visée électoraliste
Quel groupe terroriste menace la Guinée ? Boko Haram ? Aqmi ? l’Etat islamique ? Seul Alpha Condé dans son imaginaire complotite détiendrait la réponse.

Quand il s’agit des menaces réelles (Ebola par exemple), le gouvernement avait privilégié dans un premier temps l’option de la négation. Aujourd’hui, la célérité et la persistance avec lesquelles le gouvernement s’active dans cette entreprise dénotent une volonté manipulatrice d’un régime impopulaire et foncièrement rétrograde. Attiser les peurs afin de détourner le débat politique semble être la seule recette dont dispose aujourd’hui Alpha Condé.

La seule menace actuelle et réelle est sans doute cette gouvernance de rumeurs et d’instrumentalisation dangereuse du fait ethnique ou religieux. Le 23 avril 2015, Peter Pham, directeur du Centre de l’Afrique du groupe de réflexion « l’Atlantic Council » dressait dans un article un tableau sombre de la gouvernance politique de Alpha Condé qui selon l’auteur, est prêt à user de toutes les « machinations » inimaginables pour se maintenir au pouvoir par le biais d’élections truquées. « Incapable de faire campagne avec son faible bilan, Alpha Condé, en poste depuis une élection contestée en 2010, utilise toutes les machinations pour rester au pouvoir » écrivait-il. Aujourd’hui, cette analyse se précise et sa pertinence se matérialise par les récentes déclarations de Alpha Condé sur cette prétendue menace terroriste qui viserait la Guinée.

Ne vous faites pas d’illusion, Alpha Condé n’est pas dans l’improvisation quand il s’agit de manœuvres politiciennes pour surcharger l’actualité. Qui se souvient de l’ordre du jour établi par la présidence lors de sa rencontre avec Cellou Dalein Diallo le 20 mai 2015 au palais Sekhoutoureya ? Je vous cite le communiqué du bureau de presse de la présidence : « La rencontre d’aujourd’hui ( ) a porté sur trois sujets : les échéances électorales, la lutte contre le développement du fondamentalisme religieux en Guinée et la recherche de solutions de paix au Mali ».

Semer les premières graines de la diversion

Le développement du fondamentalisme religieux en Guinée ? Quelle est l’opportunité de l’inscription d’un tel sujet sur l’agenda politique ? Ce détail est très évocateur de la genèse d’un projet en phase d’expérimentation. Il lui fallait une tribune officielle pour le formaliser et semer les premières graines de la diversion. Le contexte malien aidant et dans une large mesure le contexte africain est propice à cette ‘’construction’’ d’une problématique terroriste globale. Au-delà de son caractère tentaculaire, le terrorisme en Afrique est très souvent lié à l’histoire spécifique de chaque pays. En Guinée, la tolérance religieuse est un fait. Les communautés religieuses ont toujours vécu en bonne intelligence sans aucune hostilité.

Ne pas rajouter une dimension religieuse à la crise guinéenne, j’espère que les promoteurs de cette entreprise malsaine n’inventeront pas un Boko Haram local pour justifier une quelconque menace. Les jusqu’au-boutistes du régime doivent se ressaisir et remettre de l’ordre dans leurs esprits tordus. La survie de la nation en dépend.

Sékou Chérif Diallo
Sociologue/Journaliste
http://blogs.mediapart.fr/blog/sekou-cherif-diallo